18 Les dirigeants du CFM Socio-eco

CAP SUR SAMBAVA : Expérience sur « Carandal »


Vendredi 15 novembre 2019 : ce sera le grand jour à Sambava la capitale de la région SAVA ! Un atelier intitulé : « Atrikasa momba ny Fihavanana Malagasy manoloana ny asa lavania ato amin’ny faritra SAVA » sera organisé par le CFM à l’hôtel Melrose Sambava-Centre le 15 novembre 2019. Notre cher ami JEAN, que j‘ai l’habitude d’appeler par le gentil sobriquet de « Grand JEAN », sera le roi de cette journée, en tant que Vice-président du faritany d’Antsiranana.

AT.

19 Les invités offcielsPour le petit RAZAKA Oliva alias Kissinger, membre du CFM et non moins Conseiller d’Analamanga, c’était le branle-bas général au lundi 11 novembre 2019. Est-il encore possible de participer à la mission sur Sambava ? Réponse obtenue : affirmatif ! Alors depuis, téléphone à gauche, whatsapp à droite… Effectuer un parcours de liaison par voie de surface ne pouvait plus se faire car tous les collègues diégolais du CFM sont déjà partis par véhicules 4X4. La réservation chez Airmad n’étant pas chose aisée et demeurant l’apanage des fils à papa. Ainsi, usons du grand moyen ! Puisque mon Assistant technique permanent (AT) RANDRIAMAMONJY Edmond Simon, en tant qu’opérateur économique est trésorier de la coopérative KOFIEM reliant justement Antananarivo à Sambava, pourquoi ne pas en profiter ? N’est-ce pas un atout à exploiter ? Ainsi : les coups de fil ont fait l’affaire… Il y aura un départ de carandal pour demain mardi. Toutes mes excuses pour l’écriture, car à entendre S.E JEAN  VP Antsiranana, lui, parle de « karandalana »; s’agit-il de francisation de ce mot ? Je ne le sais !

Bôjo.

Peu importe, l’essentiel c’est que ce grand camion à zébus transformé en car pour passagers arrivera à Sambava dans la nuit du mercredi 13 novembre au jeudi 14 novembre. Le participant disposera ainsi d’une journée de repos avant le jour J. Quant à l’impression des OM/OR çà peut se faire à posteriori à Sambava du moment que l’accord ait été donné par Monsieur le Président du CFM via Monsieur le Secrétaire Exécutif.

Kissinger jubile. Un simple coup de fil de sa part suffit à informer son épouse du départ imminent du lendemain, et afin que celle-ci puisse préparer son léger sac de voyage.

L’AT RANDRIAMAMONJY Edmond Simon a tenu à venir au stationnement KOFIEM à Andranobevava assister au départ, et notamment signifier au conducteur ma présence comme étant passager « total GP » ayant place dans la cabine (apprenti VIP) le long de tout le parcours. Au delà de 1200 km s’il vous plait.

Grande vitesse.

Horaire de départ respecté. Après un refueling à la station en face de la tour Orange, un petit arrêt pour vérification du système de freinage s’impose après le pont d’Anjomoka à environ 45 km de la capitale. Tout le monde se précipite à sortir de la galerie. Les uns sautent par les fenêtres. D’autres plongent près du toit de la cabine. Mais beaucoup patientent et attendent que l’échelle de coupé soit installée par les aides-chauffeurs. Ce sont des habitués ! Gare au nouveau venu au bataillon, car tout ce grand mouvement c’est pour le soulagement : « L’homme n’étant pas un poulet » langage connu et très usagé des voyageurs de taxi-brousse. Contrôle mécanique sitôt fait, tout le monde à nouveau à bord. Chose curieuse, le gros carandal une Mercedes 1417 rivalise les petites voitures ainsi que les Sprinters renommées rapides. Il arrive au même moment pour le repas du soir à Manerinerina Ankazobe Tamponketsa. Idem à travers la ville de Maevatanana, où une petite pause sanitaire s’avère nécessaire.

Récitation pour PR.

La cabine est climatisée. Ce qui n’est pas le cas pour la galerie où les passagers souffrent de chaleur étouffante et nécessite une douche à grande eau. Re-plein de gazole pour le véhicule. Toutefois, cette halte d’une demi-heure n’a aucun impact sur le timing du carandal. Et comme preuve : déjeuner à Port-Bergé puis dîner à Ambanja, toujours avec les petites voitures SVP !

La police de la route, constituée de policiers et de gendarmes, était toujours présente à l’entrée et à la sortie des agglomérations. Les gendarmes sont même visibles jusqu’aux petites localités. La première friction entre éléments de PR et le chauffeur a commencé entre Ankazobe et Tamponketsa, sur la côte en lacet. Le conducteur a haussé le ton en disant qu’il amène quelqu’un à bord… Puis… Hop ! Contrôle terminé ! « Bonne route ! » se sont exclamés les éléments. Le chauffeur titulaire et son doublage ont fait de cette petite astuce une récitation jusqu’à Sambava. Ce qui a fait gagner beaucoup de temps et, épargner la caisse espèces.

Escrocs.

La traversée des routes nationales RN–RN5A reliant Ambanja à Vohémar s’effectue toute la nuit. Le soleil commence à poindre, et on n’arrive pas encore à Daraina. Finalement, le petit déjeuner est servi à Daraina. En fait de petit déjeuner, on est contraint de se payer du vary maina rassis car il est encore trop matinal pour le fameux sabeda du Nord. Comme à Ambanja, des passagers sont arrivés à bonne destination. Robin, le premier conducteur promet de faire bombance et ripaille à Vohémar à midi. Chose promise chose due. Robin nous a gavés chez un restau chinois célèbre. Comme il s’agit d’un long arrêt, des va-et-vient se font remarquer du car. Deux voyageurs qualifiés de PA (payables à l’arrivée) qui ont embarqué depuis Tana à destination d’Antsirabe Nord la prochaine ville, ont profité de cette situation pour prendre la poudre d’escampette. Cette situation n’a été constatée que lorsque le chauffeur Robin s’est arrêté à Antsirabe Nord, et que personne ne s’empresse à descendre du carandal. Cà y est ! Robin est convaincu que les deux fuyards n’ont plus qu’à se payer 5000 ariary de tuc-tuc (bajaj) pour arriver à leur destination finale Antsirabe Nord à partir de Vohémar.

Antalaha station balnéaire.

Après un total de 52 heures de route, le brave carandal arrive à son terminus à Sambava à une heure du matin. Un semblant de toilette et de douche est mis à la disposition des arrivants en attendant le lever du soleil. Le Commissaire de police de la place, après nous avoir reçu nous a orienté vers « L’Hôtel Palmiste ».

Quant au chauffeur Robin, un habitué de la région, a pu trouver une Mazda bon marché qui nous a emmenés visiter la ville d’Antalaha, car nous disposons encore de la journée du jeudi 14 novembre avant le jour J : la facette tourismatique et de détente des activités du CFM. Antalaha est selon la position soit le Terminus soit le Primus de la RN5A.

En parcourant ces lignes, vous avez traversé la RN4 – RN6 – RN5A.

Razaka Oliva


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *