SAHIA MITENY 1 Web doc

VIOLENCE CONJUGALE A MADAGASCAR: Coutume, base du conflit


Les femmes Malagasy persévèrent face aux violences conjugales même si elles souffrent. La coutume et l’inquiet de l’avenir les obligent à supporter la violence physique, sexuelle, morale, verbale et économique. Les hommes abusent à agresser, à abuser sexuellement, à insulter leurs femmes et les à empêcher à travailler.

Une femme a souffert d’une violence physique et économique ainsi que l’infidélité de son mari pendant 21 ans. Elle a préféré de nous donner son pseudonyme. Voninkazo ANDRIAMIHANTA a trois enfants. Elle a essayé de remettre en ordre leur vie de couple car le dicton Malagasy a dit : « le foyer est une patience ». Elle n’a jamais déposé de plainte même s’il y a des centres qui luttent contre la violence de femmes. En 2017, les 75 % des dossiers traités à la clinique Judiciaire Trano Aro Zo, à Andohatapenaka sont des violences conjugales. « Les 1500 parmi les 2061 plaintes reçues déclarent le cas de violence que les femmes ont subi notamment le coup et blessure, le viol, la violence économique », affirme le Responsable du Clinique Judiciaire Trano Aro Zo, Didier RANDRIANAIVO.

« le foyer est une patience »

Type de violence

Type de violence

L’agression, la gifle, le coup de pied figurent parmi la violence physique. Au niveau du couple, la violence sexuelle existe. Elle est très méconnue. Le viol se manifeste lorsque le mari oblige sa femme à accomplir des actes sexuels sans son libre consentement. L’empêchement des femmes à travailler fait partie également parmi la violence morale et économique parce qu’on bloque le revenu familial. De plus, la violence verbale est le plus courant. Elle se traduit par des propos dévalorisants, des insultes, d’humiliations. Enfin, la violence économique se manifeste lorsque le mari empêche sa femme à travailler, cache la fiche de paie, cache les informations sur le chiffre exact du salaire…

Subconscient

A cause de la toxicomanie, la pauvreté, les hommes effectuent de violences à leurs femmes. « Quand mon mari est ivre, il me tabasse », témoigne la femme qui a déposé une plainte au centre d’orientation des droits des enfants et des femmes nommé Akany Tiana. Le centre se situe dans la commune Ampanotokana, 35 kilomètres de la ville d’Antananarivo. La présidente fondatrice de l’Akany Tiana, Louisette RASENDRAHARIVOLOLONA a ajouté que les campagnards ont tendance à tabasser leurs femmes à cause de l’ivrognerie.
La vie sociétale et l’expérience vécue influencent les hommes à faire de la violence. « Quand le petit enfant voit tous les jours sa maman tabassée par son père, cette action façonne sa mentalité. Quand il se mariera, il le refera automatiquement », explique le spécialiste en subconscient, Andry RAHARISON. Le cerveau capte tout à travers les cinq organes de sens tels que la vue, l’odorat, l’ouïe, le gout et le toucher et fait une conclusion. Et c’est à partir de la conclusion qu’il règle l’état de sensation et l’émotion. C’est la raison pour laquelle la jalousie conduit les hommes à effectuer de la violence. « Il n’a pas confiance en moi à cause de la jalousie. D’où, l’objet de la violence est la jalousie. La jalousie entraine un trouble familial », témoigne Fara, la victime de violences depuis deux ans.
De l’autre côté, la violence se base sur la coutume. « Le pouvoir appartenait à l’homme ». Ainsi, cela a été ancré dans son cerveau. « Le mari pense qu’il a le pouvoir à sa femme et ses enfants. La violence a eu lieu automatiquement ».

Subconscient

Inquiétude

Fara ( Pseudo )

Inquiétude

« J’ai persévéré de violences physiques, morales pendant 21 ans. Malgré la souffrance, j’ai persisté parce que la femme a plus de l’amour que l’homme. Et quand on a de l’amour et de la tolérance, on a la force de persévérer jusqu’au stade où on décide de tourner la page », atteste Voninkazo ANDRIAMIHANTA, victime de violence conjugale. Elle a ajouté que la meilleur raison que nous devons avoir de la persévérance c’est pour nos enfants. A mon avis, je pense que je suis égoïste quand je retire de ma famille malgré ma souffrance.
« Je supporte cette souffrance parce que notre vie de couple était sanctifiée devant le Seigneur. Il est mon mari jusqu’à la mort. Je pense aussi à l’avenir de mes enfants. Je ne veux pas perturber leurs études. », témoigne la victime de violence depuis deux ans, Fara (pseudo). Elle a subi de la violence quand elle sort de la maison. « J’ai subi de la violence verbale, morale depuis deux ans. Chaque fois que je sors de la maison pour faire de shopping, assister à une réunion de famille et quand je reviens à la maison. Il m’a injurié, m’a insulté, m’a jugé que je suis sorti avec son rival, j’ai prostitué. Un jour, je suis allée à la cérémonie du mariage de mon neveu, j’ai rentré trop tard à cause de l’embouteillage. Il a emballé mes valises et les amener chez mes parents. C’est la troisième fois qu’il m’a fait cela ». Le spécialiste du subconscient, Andry RAHARISON a expliqué également pourquoi les femmes persévèrent dans la souffrance. « Un individu persiste dans une situation parce que son cerveau ne distingue pas ce qui est de la réalité et l’imaginaire. Le cerveau ne discerne pas ce que je vis aujourd’hui est réel. Au contraire, c’est ce qu’il pense qui est réel ».

Réconciliation

La clinique « Trano Aro Zo » règle les conflits communautaires. Elle tient le rôle d’un médiateur. « Après l’enquête de la victime et de l’auteur de violence, on entre dans l’étape suivante qui est la réconciliation », signale Didier RANDRIANAIVO. L’agent de l’Akany Tiana, Soa RAZAIARIMANGA articule qu’elle fait aussi une réconciliation. « Le victime vient chez moi et il me raconte ce qui s’est passé. Je fais la réconciliation mais si le marché n’est pas conclu je le confierai au premier responsable de l’Akany Tiana, Tantine Louisette. Après, nous convoquons les deux parties pour régler leur conflit ». La réconciliation penche toujours aux avantages de l’enfant. Si les deux parties choisissent le divorce, le père exerce toujours son obligation à son enfant même si les couples décident de se séparer. Lova et son ex-mari ont décidé de se séparer à condition que son ex prît en charge le soin de santé de leur enfant. « Son ex a adopté son enfant à cause du concubinage. Deuxièmement, il a le droit à la place d’un père. Ainsi, il doit prendre en charge la scolarisation de son enfant et il en a bien effectué jusqu’à maintenant. De même aussi, il est obligé d’acheter des vêtements à sa fille lorsque sa mère les demande », raconte Tantine Louisette.

Réconciliation

Création d’emploi

Création d’emploi

Voninkazo ANDRIAMIHANTA a décidé de se séparer. Jusqu’à maintenant, sa vie se développe. « Conscient de la difficulté causée par la violence conjugale, Voninkazo ANDRIAMIHANTA a créé l’association Miotisoa dans la commune Ambohijanaka pour aider les autres mères de famille victimes de violence. Les membres de l’association sont composés des femmes victimes de violences physiques, abandonnées par leurs maris, violence économique. A cause de non- emploi, la violence s’accentue. L’association JEUDI offre un emploi aux femmes victimes de violences et aux chômeuses. « Suite à la concertation entre les membres de l’association, nous décidons de mettre en œuvre le projet sur la création du panier en papier dans le but de créer un emploi pour les femmes victimes de violences et de protéger l’environnement », Nivonirina RANDRIANANGALY, technicienne et membre de l’association JEUDI.

Education

Le projet SAHALA a été créé pour lutter contre la violence des femmes. Dans ce projet, on éduque les hommes agresseurs à ne plus faire de la violence. « Nous faisons également une sensibilisation dans les établissements scolaires », certifie Nivonirina RANDRIANANGALY, technicienne et membre de l’association JEUDI. Le projet travaille sur trois volets à savoir l’éducation non-violence et éducation des élèves de lutter contre la violence, la masculinité positive c’est-à-dire il faut éduquer l’individu dès son enfance pour qu’il deviendra un homme-modèle mais non pas un homme qui commettra de la violence. Afin d’éviter la violence, il faut améliorer l’éducation primaire, améliorer la façon de parler avec les enfants, éduquer les enfants d’avoir le sens de respecter soi-même en premier lieu et les autres, les environnements en second lieu afin qu’ils valoriseront un être humain quoi qu’il en soit. « Si cela deviendra réel, les femmes et les hommes auront un sens de résoudre le problème selon la logique, de se bien communiquer en éclairant la confusion qui est l’origine de la violence », affirme Lizah NDRIALISOA, Présidente de l’association JEUDI.

Education

Secret

Le secret du subconscient répond à la question qui se pose : peut-on modifier le moule ? Quel langage pourra-t-on utiliser pour changer le subconscient négatif ? Andry Raharison a répondu qu’on peut guider le subconscient à partir du langage pour transformer le profil psychologique. 90 % de potentiel de l’individu dort dans le subconscient et c’est le 10 % seulement qui s’oriente vers la conscience. N’oublions pas que certains hommes subissent de la violence effectuée par leurs femmes.

Reportage :

Lynda A. / Nirina R.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *