edito Edito

Rien à cirer !


Le gouvernement a finalement déposé les projets de loi relatifs aux élections présidentielles et autres scrutins auprès du Parlement. Le Premier ministre a beau expliqué pourquoi la mise en forme de ces projets de loi et leur dépôt auprès des institutions législatives ont pris beaucoup de temps, mais en vain. La classe politique des « opposants », nombre de sociétés civiles et les citoyens qui sont avertis n’y croient pas et ne cessent de marteler que c’est une stratégie pour faire passer sans encombre et comme d’habitude une lettre à la poste les textes de loi concoctés par et au profit des tenants du pouvoir dans la perspective de demeurer au pouvoir ou tel contexte pour poursuivre ce qui a été initié. Toujours est-il qu’au vu des textes qui régissent l’adoption d’une loi organique, le temps imparti aux parlementaires pour leur examen est déjà insuffisant et on prévoit déjà une prolongation de la session extraordinaire. A qui cela profite-t-il ? Suivez mon regard !

Quant aux communs des citoyens et électeurs potentiels (ceux auprès desquels on aime bien se faire passer comme leur protecteur et bienfaiteur), ils s’en foutent ! Tout cela ne va pas leur offrir des opportunités de sortir définitivement de leur situation de précarité ou de pauvreté durable, nous confient-ils. Pas mal de foyers d’Anosibe, Anosizato, Andravoahangy-Besarety ou des environs des 67ha, en situation de précarité, qui survivent des petits boulots quotidiens jusqu’à tirer tout au long de la journée des charrettes à bras bondées de débris de briques et de remblais, s’en foutent. D’autant plus que malgré les interventions médiatiques et appels de la CENI aux partis politiques ou sociétés civiles pour qu’ils descendent dans les fokontany et encouragent les électeurs à s’inscrire ou à vérifier l’authenticité de la liste électorale, ces électeurs potentiels ne les ont jamais vu ni entendu leur passage dans leur fokontany. Un citadin (parce qu’il vit dans la capitale) à la fois manœuvre et tireur de charrette à bras et homme à tout faire, dont l’épouse s’est fait ramasseur et collecteur des ordures dans les quartiers dans le cadre de la RF2 (Rafitra Fanadiovana sy Fidiovana), nous a manifesté tout simplement son indifférence à l’égard de tout ce qui est affaire publique (c’est-à-dire la politique) car à son avis, toutes les mesures et décisions prises par tous les pouvoirs ne lui conviennent pas. « A quoi bon se faire du souci des affaires politiques » déclare-t-il quand nous lui avons demandé s’il est déjà inscrit dans la liste électorale et lequel des candidats pour les présidentielles et autres scrutins de 2018.

Raw


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *