edito Edito

L’ennemi de mon ennemi est … mon ennemi


C’est vraiment le monde à l’envers. La logique politique est loin de correspondre avec la logique universelle. Normalement, on dit que « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ». Mais dans la conjoncture actuelle, c’est tout à fait le contraire. Pour les rivaux politiques Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, le régime Rajaonarimampianina est devenu l’ « ennemi » commun. Comme si « l’ennemi de mon ennemi est mon… ennemi ». Pour l’instant, les deux camps TIM et MAPAR (principaux protagonistes de la crise de 2009), à travers l’alliance désormais baptisée « députés  pour le changement », font des tirs croisés sur le régime HVM. Et le cocktail est visiblement devenu explosif à en croire aux échauffourées du samedi 21 avril dernier qui se sont soldées par des morts et des blessés des deux côtés des forces de l’ordre et des manifestants, et qui se sont terminées par le repli intelligent des forces de l’ordre ne voulant pas être davantage souillées par le sang des compatriotes dans une « guerre » purement politicienne.

L’alliance contre le pouvoir actuel entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ne fera pas long feu. En présentant leurs condoléances aux familles des victimes des heurts du 21 avril, les deux anciens Chefs de l’Etat s’y sont rendus chacun de leur côté. Andry Rajoelina est venu en premier, et a été suivi de Marc Ravalomanana. Les deux hommes ne se sont pas croisés et ne se sont pas affichés côte à côte, du moins pour faire la joie des photographes pour quelques pauses ou accolade des deux protagonistes sur cette place historique du 13 Mai.

Visiblement, leur alliance n’est pas seulement contre- nature, elle est également à contre- cœur.

Ndrasana


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *