p1030616 Socio-eco

FRANCOPHONIE : Interview exclusive Christophe Boisbouvier RFI


L’opportunité nous est offerte par la Francophonie de pouvoir rencontrer nos confrères d’outre-mer. Après Stéphane Baluzac JRI de la Télévision France-3, Christophe Boisbouvier célèbre Interviewer de Radio France Internationale RFI, nous a accordé un entretien au desk de RFI. Interview exclusive pour Délire Madagascar.

Interview : Christophe Boisbouvier

Délire Madagascar (DM) : Christophe Boisbouvier, c’est avec immense plaisir que j’ai la prérogative de vous interviewer. C’est toujours fascinant pour les auditeurs malgaches de RFI que d’entendre votre voix et d’écouter vos interventions sur FM 96.0 à Antananarivo. Tout d’abord un mot sur le 16ème sommet de Francophonie à Madagascar.
Christophe Boisbouvier (CB) : « D’abord merci de m’accorder quelques minutes sur votre antenne ! Je suis très très, très touché ! Et surtout, je vous remercie de la confiance que vous accordez à RFI. On essaie en effet d’offrir quelque chose qui intéresse tous les auditeurs de Madagascar, et puis au delà de Madagascar évidemment tous les auditeurs de l’océan Indien et du continent africain. Ce 16ème sommet de la Francophonie, il a une tonalité particulière quand même parce que c’est un sommet qui se tient dans la Grande Ile, c’est la première fois qu’il se tient à Madagascar. Je crois savoir que depuis plusieurs années, le français, la langue française est en difficulté sur la Grande ile, et mon vœu le plus cher en fait, en tant que francophone très attaché à cette langue, à la fois pour la francophonie mais aussi pour Madagascar, mon vœu le plus cher c’est que ce 16ème sommet donne une nouvelle impulsion à la langue française. »

DM : Qu’attendez-vous des pays comme Madagascar par exemple, sinon les autres pays africains subsahariens dont les Présidents ont fait l’objet de vos interviews ? Quels pourraient être les effets de vos interventions ?
CB : « Vous savez, avec RFI nous avons la chance d’être assez bien écoutés quand même. On a des pays comme à Madagascar, où les réseaux FM sont considérables, nous permettent d’être entendus non seulement dans la capitale, mais aussi dans les villes de provinces et çà nous donne une audience. Regardez par exemple en Afrique Centrale, dans une ville comme Kinshasa, comme Douala. Regardez en Afrique de l’Ouest dans une ville comme Abidjan, comme Bamako. Parce que nous avons cette audience, et bien en effet nous avons un certain nombre de Chefs d’Etat qui acceptent de répondre à nos questions, de nous accorder des entretiens. Hier, samedi par exemple nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer le Président Maki Sall du Sénégal, le Président Faustin-Archange Touadéra de Centre Afrique. Regardez votre Président par exemple Hery Rajaonarimampianina, il est assez ouvert avec la presse, en tout cas avec RFI donc, il est venu à Paris il y a deux mois, pour préparer avec son homologue français François Hollande et avec Mme Michaelle Jean le SG de la Francophonie ce 16ème sommet. Eh bien çà s’est fait très facilement, c’est-à-dire que quand on lui a demandé un entretien, il n’y a pas eu de problème. Son entourage nous a ouvert les portes et on a pu le voir dans un grand hôtel parisien également. C’est-à-dire que, je pense que beaucoup de Chefs d’Etat africains, c’est la modernité de beaucoup de Chefs d’Etat, et le Chef d’Etat malgache également, ont compris qu’aujourd’hui pour gouverner il faut communiquer. »

DM : Christophe Boisbouvier, des fois personnellement je trouve vos questions très pertinentes, des fois un peu provocatrices, les prépareriez-vous ou bien çà vous arrive spontanément à l’esprit ?
CB : (Rires) « Non ! Je veux être franc avec vous, il n’y a pas beaucoup de spontanéité, parce que je dirais que l’art de l’interview c’est 90% de travail et 10% de spontanéité. Par exemple Hery Rajaonarimampianina quand je l’ai interviewé la dernière fois à Paris il y a deux mois, j’ai d’abord regardé un petit peu l’actualité à Madagascar, les événements de ces derniers mois dans la Grand ile, les événements politiques, le retour de Madagascar sur la scène internationale, le retour des bailleurs de fonds et des investisseurs. Donc j’ai travaillé mes sujets, j’ai regardé les chiffres, et puis j’ai regardé aussi les dernières interviews du Président de Madagascar, c’est-à-dire, je me suis dit : tiens ! Qu’est-ce qu’il a l’habitude de répondre aux questions que mes confrères lui ont déjà posées ? Parce que vous savez qu’on n’invente pas la poudre, souvent on pose les mêmes questions que les collègues d’il y a six mois. Donc, une fois vous avez tout çà, une fois vous avez un peu pris la maitrise de tout çà, vous pouvez déjà un petit peu anticiper les réponses que le Président va vous faire et çà vous permet une fois que vous êtes dans l’action, une fois que vous êtes en direct dans l’interview de vous préparer déjà à quelques relances, à quelques questions supplémentaires que vous allez peut-être avoir l’idée de poser si vous les avez préparées à l’avance. Donc la spontanéité je dirais que c’est 10% du travail. »

DM : Christophe Boisbouvier, merci !
CB : « Je vous en prie. Merci ! »
Propos recueillis par Razaka Oliva


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *