FOYER OLIVA UHLRICH - Les dons de la Communauté Camerounaise 1 Socio-eco

FOYER OLIVA UHLRICH : Les dons de la Communauté Camerounaise de Madagascar arrivent à point nommé


Pour offrir de meilleures conditions de vie. Le samedi 14 novembre 2020, une forte délégation des membres de la communauté camerounaise de Madagascar, conduite par son président Omer Kalameu a apporté un soutien aux pensionnaires du Foyer Oliva Uhlrich tenu par les Servantes du Cœur de Jésus à Antsirabe (165km au sud d’Antananarivo). FOYER OLIVA UHLRICH - Les dons de la Communauté Camerounaise 2Des dons composés de vivres, de produits de première nécessité, des produits d’hygiène, des jouets, des vêtements : ½ tonne de riz,  des cartons de spaghetti, du savon, de l’huile de cuisine, du haricot et autres denrées alimentaires ont été remis à la structure pour offrir de meilleures conditions de vie à environ 80 enfants et jeunes qui y sont accueillis. « Cette visite au centre était également une occasion pour la communauté de témoigner sa solidarité envers Madagascar et rassurer les responsables du centre sur le fait qu’elles ne sont pas seules dans cette mission sacerdotale d’encadrement, d’éducation et de formation des jeunes surtout en cette période de crise sanitaire » a déclaré Omer Kalameu.

Droits à l’éducation et à la santé

Les sœurs responsables du centre ont salué ce geste humanitaire de la communauté Camerounaise. « Ce geste de solidarité de la Communauté Camerounaise de Madagascar est une marque d’amour et de sympathie et nous encourage à œuvrer davantage pour ces jeunes afin qu’ils puissent s’épanouir, s’instruire et devenir des personnes responsables demain. Ces dons arrivent à point nommé pour le grand bonheur des jeunes apprenants du centre », affirme la sœur Marie Ancilla. Rappelons que le Foyer Oliva Uhlrich tenu par les servantes du cœur de Jésus existe depuis 2008 et a pour vocation d’accueillir les enfants orphelins, des enfants non scolarisés, des jeunes mères… Le centre leur offre des formations à l’apprentissage de petits métiers pour leur permettre d’être indépendants dans le futur. « Tous les enfants ont les mêmes droits et devraient avoir les mêmes chances pour réussir dans la vie.   A travers ce geste fraternel, notre communauté a voulu apporter sa modeste contribution à la réalisation des droits à l’éducation et à la santé des enfants qui sont les futurs acteurs du développement économique du pays. » a conclu Omer Kalameu.

Lynda A.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *