FMFP – QMM Socio-eco

FMFP – QMM : 300 jeunes à la recherche d’emplois dans la Région Anosy bénéficieront des formations sur les métiers spécifiques


L’appel à candidature est ouvert. Pour preuve et d’après un responsable de QMM, pour 12 offres d’emplois publiées par la société, plus de 1500 dossiers sont reçus. Le taux de chômage est donc très élevé. Par exemple dans la commune rurale de Mahatalaky, située dans la région Anosy, il avoisine 50-70 %.  Face à cette situation, le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP) en qualité de partenaire technique et financier et Rio Tinto QMM le porteur du projet et contributeur financier ont signé en juin dernier un Protocole de partenariat visant à soutenir la compétitivité des entreprises locales et les initiatives entrepreneuriales dans la région Anosy à travers des dispositifs de financement de formation. Les deux entités se sont engagées pour améliorer les compétences des jeunes à la recherche d’emplois. Après quelques mois de préparation, la campagne de mise en œuvre du programme d’apprentissage sur les métiers spécifiques et porteurs d’emplois a été lancée par le FMFP au niveau des 9 communes ciblées travaillant en étroite collaboration avec l’entreprise minière QMM dans la région de l’Anosy. Pour mener à bien ce projet dont l’objectif repose sur la sensibilisation et l’information des communautés aux conditions d’éligibilité au programme, une délégation du FMFP dirigée par son Directeur Général, Pierre Raoelina Andriambololona, s’est rendue sur place. Côte à côte avec l’équipe de Rio Tinto – QMM, ils ont sensibilisé les jeunes sur cette opportunité qui leur est offerte de faire partie des 300 bénéficiaires qui seront formés aux métiers d’avenir (mécaniciens, soudeurs, conducteurs d’engins, aides électriciens industriels, lifter, peintres industriels, échafaudeurs, maçons, plombiers…). En effet, ces compétences sont très recherchées par les différentes entreprises dans la région faute de main d’œuvre qualifiée. Durant les descentes, les responsables du FMFP ont rencontré les Maires pour solliciter leur collaboration dans cette campagne de sensibilisation afin qu’ils incitent les jeunes à postuler. Des affiches et des fiches d’information contenant les pièces à fournir et les critères pour postuler leur ont été remis. Les bénéficiaires seront surtout les jeunes (hommes et femmes) d’environ 18-35 ans. De manière plus concrète, les formations des jeunes seront réparties comme suit : 150 dans l’industrie, 100 dans les métiers verts et liés à l’économie bleue 50 aux métiers de la digitalisation.

Solutions durables pour la professionnalisation des emplois

A travers cette initiative inédite, QMM entend une fois de plus marquer son engagement à œuvrer pour le développement durable de Madagascar en général et la région Anosy en particulier en stimulant le potentiel des jeunes dans cette partie du pays où le taux de chômage est élevé. C’est aussi un geste de solidarité car QMM place l’humain au centre de ses priorités. « Un employé bien formé a plus de chance d’être retenu et de manière logique, il contribuera à assurer la compétitivité de son entreprise dans son domaine.  Nous souhaitons à travers ce projet avec le FMFP contribuer au renforcement des capacités des jeunes de la région pour constituer un vivier de talents indispensable pour le développement de l’ensemble des activités des acteurs économiques de la région Anosy », s’est exprimée Bayarmaa Shuuvai, Directrice des Ressources Humaines de QMM. De son côté, le FMFP, considéré comme étant un dispositif de financement, assurera le développement stratégique, solidaire et efficace de la formation professionnelle des apprenants pour une meilleure insertion professionnelle.  « Depuis 2019, le FMFP a financé plus de 2000 projets de formation pour un investissement de plus de 20 milliards d’ariary. C’est la preuve que la demande de formation est réelle », a déclaré le Directeur général du FMFP, Pierre Raoelina Andriambololona.  « …Si on veut améliorer la situation économique et sociale, ce n’est que par le travail, il faut sans cesse renouveler ses compétences pour ne pas se laisser dépasser, c’est ce qui est toujours encouragé en matière de formation comme celle-ci », a-t-il conclu. Le financement de ce vaste chantier provient de 1% de la masse salariale des entreprises à Madagascar et de la contribution apportée par des Partenaires Techniques et Financiers que sont l’Agence Française de Développement et l’Union Européenne. Des initiatives locales de ce genre sont des solutions durables pour la professionnalisation des emplois afin que la demande des entreprises locales s’aligne avec les offres des populations en demande d’insertion ou à la recherche d’emploi.

Recueillis par Ra-Nirina


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *