Auteur .


JOB : En réconfort à Joba et Arindranto.


  • Puisque ton nom est céleste
  • Même si de tout rien ne reste,
  • Ta foi en Lui ne sera ébranlée
  • A ton Dieu reste accroché.

  • Vois tes amis, ton entourage,
  • Le peuple divin t’encourage
  • Devant la perte des richesses,
    De ta droiture vainc la détresse,

  • Car Lui restituera tes biens.
  • Dieu n’a pas défait les liens,
  • Sa main bénie te donnera
  • Encore plus que tu n’en as.

  • Puisque ton nom est puissant,
  • Sois le témoin devant Satan
  • Que tu ne quitteras ton Dieu
  • Et tu es chéri à ses yeux.

 

Mi, alias Razaka Ralphine Manantenasoa.

Inspiration de la mère à l’annonce de la nouvelle.

Mahanoro 15 février 2019, 18.00 heures

 

P1240616

 


ADILAHY POLITIKA : Tsy ankivoaka ny Tenin’andriamanitra


C’est possible et faisable! Soyons honnête, efforçons-nous d’être juste, essayons de réfléchir et de garder le calme et le sang-froid. Faisons profil bas, témoignons repentance et humilité. Pourquoi tout cela? Parce que les Ecritures Saintes ne sont pas toujours faciles à recevoir… Il est des versets que l’humain pourrait considérer de sévère comme les paroles du vieux Job quand il s’adresse à son épouse dans le chap. 2 verset 10: « Nous acceptons le bonheur comme un don de Dieu. Et le malheur, pourquoi ne l’accepterions-nous pas aussi? Moa ny soa ihany va no horaisintsika avy amin’Andriamanitra, fa tsy ny ratsy koa? »…  Continuer la lecture


Zo Rakotoseheno: « Mpiara mianatra… mpiara miasa »


Il était une fois… milieu des années 60-70, deux jeunes garçons, de même âge, ont fréquenté le même lycée d’Antanimalalaka, Jean-Joseph Rabearivelo, depuis la sixième, du temps du célèbre surveillant général Ratiney ! C’était Zo Rakotoseheno et Razaka Oliva. Ils n’avaient rien de commun sauf le fait d’être des proches amis, et l’assiduité récréative et sportive dans le cadre de l’OSSUM.

Plus tard le destin les a de nouveau réunis au sein de la presse. Animés du même sentiment d’appartenance, ils se retrouvent avec fierté dans l’association des « anciens du Rabe ». Une foule de souvenirs de jeunesse leur revient : les plaisanteries, les petits noms de l’un comme de l’autre. Razaka Oliva se rappelle de Zo comme sérieux « bosseur », tandis que pour ce dernier l’autre était le « boxeur », puis marin plus tard.

Comme diraient les paroles d’un célèbre chanteur en la personne de Patrick Bruel, ils se retrouvent encore à la « Place des grands hommes » bien plus tard encore, devenus chacun membres d’Institution, l’un dans le Sénat, l’autre dans le CFM, mais sans s’oublier l’un l’autre.
Sous le choc de la triste nouvelle, Razaka Oliva perd sa plume de journaliste. Il n’a d’autres mots que des réconforts pour Patricia, la veuve du camarade Zo, car ses peines sont aussi celles de Rabevolombava.
Repose en paix l’ancien Rabe !

DélireMadagascar

37694838_2195833360446246_8498578670519058432_o

Prestation de serment de Razaka Oliva pour l’admission comme membre de la CAREA, ou Compagnie des Arbitres Rapporteurs et Experts Agréés près les cours et tribunaux de Madagascar.

 

37600766_2195837420445840_8702928322494988288_o

Grande famille des journalistes : anciens et jeunes ensemble. Zo Rakotoseheno, extrême droite De g à d : Armand photographe, Mirana ACEEM-Radio, Raliarison Jean Victor CJD, Rakotonirina Gérard (Président OJM), Jocelyn Rafidinarivo (Jean Louis Rafidy TVM), Razaka Oliva, Latimer Rangers, Nirina, Ony Rambelo, Miora, Lynda tous de Délire Madagascar, Zo Rakotoseheno