P1250292a Mahoraka

HOMMAGES A RAKOTOMAVO ALAIN MICHEL : LE SOIXANTE-HUITARD SOIXANTE-DOUZARD


Un nom qui a sa place parmi les grands de ce pays, parlant de nationalisme. C’est le moins qu’on puisse dire à propos de cet illustre personnage, disparu de façon très tragique la semaine dernière.

« Rouge et Expert » : cette appellation, ce qualificatif est très évocateur pour qui veut l’entendre. Eh oui ! Rakotomavo Alain en était le Coordonateur National désigné à juste titre par le parti MFM, bien connu en son temps. En effet, lui, méritait bien ce titre, car en plus du diplôme d’ingénieur géographe acquis en France, il n’a pas hésité à parfaire ses bagages intellectuels par d’autres titres issus dans divers domaines à l’Université de Madagascar, sous la Première République.

Il a évolué dans des cadres aussi différents les uns des autres, professionnellement parlant. Ce qui n’a fait que multiplier ses expertises, entre autres, le fait d’arborer le titre de Consultant expert international. Pas plus loin que l’an dernier, il a été en mission de quelques mois au pays de Papa Sékou Touré à Conakry pour une expertise relative au contexte post-covid intitulée : « La protection sociale comme politique de développement – un nouveau programme d’action international ».

Son appartenance d’origine à une famille plus qu’aisée ne l’a pas empêché de militer au sein de ce parti connu pour être celui du prolétariat. Il a le militantisme dans son sang pour avoir déjà été étiqueté de « soixante-huitard » pendant ses études en France. De retour au pays, il a participé aux mouvements estudiantins et évènements de 1972. Parmi les fervents de cette phase déterminant de l’histoire de Madagascar, en tant que « soixante-douzard », il compte parmi les fondateurs du parti « Mpitolona ho an’ny Fanjakan’ny Madinika » MFM (Militant pour le pouvoir prolétarien) dont beaucoup l’ont précédé dans l’au-delà pour ne citer que Mireille Rabenoro entre autres.

Dans son engagement politique, Rakotomavo Alain était droit, sincère, honnête, sans réserve. Il ne se ménageait pas et s’investissait sans mesures. Il faut dire qu’il a dépensé beaucoup de lui-même et de son temps au MFM.

Dans le domaine social il était serviable, ami fidèle et à qui on pouvait faire confiance. Ce n’est pas pour faire éloge « des gens disparus », mais il faut reconnaître combien il était dévoué et aimable.

Nous n’entrerons pas dans les détails des conditions de son décès, qui ont été suffisamment égrenées dans de nombreux média. Ce qui ne servirait d’ailleurs qu’à remuer le couteau dans la plaie de ses proches.

Ce qui serait plus douloureux, et malheureusement regrettable, surtout pour les quelques « rescapés, fidèles du MFM », c’était l’absentéisme de nombreux frères d’armes pendant les cinq longs jours entre le décès et l’enterrement. En effet, très peu parmi ceux qu’on croyait être des « amis » étaient venus rendre hommage à Rakotomavo Alain, tant

au temple FJKM Ambatonakanga qu’à sa dernière demeure à Andakana Ambohimanga-Rova.

Propos recueillis par Razaka Oliva


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *