IMG_5756 Socio-eco

Anciens de la Marine Nationale : Un avant-goût du nouvel an


Les ex-matafs (anciens retraités ou quillards de la Marine Nationale) n’ont pas attendu le rendez-vous fixé pour la célébration comme à l’accoutumée du nouvel an 2019 programmée cette fois chez un amiral encore en activité. Ils ont saisi l’opportunité du passage au pays d’un des leurs, pour se retrouver autour d’une table, non pas ronde, mais rectangulaire.

Le Capitaine de Frégate Rakotozanany Paul Aimé

Le Capitaine de Frégate Rakotozanany Paul Aimé

En effet, Rakotozanany Paul Aimé (que tous les matafs ayant servi entre les années 60 à 2000 doivent connaitre), jouissant de sa retraite à Lyon France après 40 années de bons et loyaux services effectués dans la Marine Nationale malgache (Classe 1968, retour à la quille en 2008), passe un court séjour à Vohitsara (appellation usuelle de la capitale malgache par les marins). Le doyen des ex-matafs Raberanto Bob, moniteur d’arts martiaux de l’armée de mer, a exhorté ceux qui ont pu être avisés à venir honorer de leur présence la rencontre avec Paul Aimé, aussi brève et impromptue soit-elle. Ils étaient cinq, trois officiers-radio, un timonier et un mécano. Cinq individus suffisants pour faire appareiller un bâtiment de guerre !

Cinq ex-matafs autour d’une table rectangulaire

Cinq ex-matafs autour d’une table rectangulaire

Le court instant vécu ensemble n’a pas empêché les vieux loups de mer d’évoquer les anecdotes du bord. Le plus beau souvenir de Paul Aimé qu’il regrette énormément est un moment qui ne se reproduira plus jamais : la présence simultanée des trois navires de guerre malgaches de l’époque Fanantenana, Mailaka et Toky, mouillant en rade à Fort-Dauphin, lors d’une mission de défense nationale hautement confidentielle dans les années 80. Bob a rappelé que le BATRAM « TOKY » [Bâtiment de Transport Maritime, navire à RORO (Roll on roll off) qui peut beacher pour toucher terre] est un nouveau bateau pur produit de l’Arsenal de Diego (plus tard SECREN) en 1975. Par contre, le garde-côte « FANANTENANA » était un ancien chalutier de haute-mer dénommé « RICHELIEU » transformé en navire de guerre. Le patrouilleur-côtier « MAILAKA » portait le nom « L’ADROIT » offert par la France en remplacement du « MAILAKA » (Kely) dont la superstructure était en bois comme celle des dragueurs de mines. Heureux et fiers d’être encore en vie et sains d’esprits, les cinq ex ont évoqué les meilleurs souvenirs vécus ensemble avec les collègues machinistes et pontusses déjà partis à l’au-delà. Leurs pieds ont tous foulé les sols des îles éparses : d’Europa aux Glorieuses via Juan de Nova. Mais, c’était un autre temps pour la souveraineté de la Grande Ile. Ce n’est plus que du « has-been-isme ». C’était le bon vieux temps !

Genoux fléchis, jambes bancales ! Etaient-ce dues aux tangages et roulis ?

Genoux fléchis, jambes bancales ! Étaient-ce dues aux tangages et roulis ?

Rakotozanany Paul Aimé a gravi les échelons de la Marine. Faisant partie de l’équipage machine, mécanicien formé à l’Ecole de Maistrance Machine de Brest, puis de Toulon, il a effectué les différentes Ecoles supérieures de la Marine Nationale française et devient plus tard commandant du bâtiment « AINA VAO » après avoir été officier en second d’autres unités navales. Il a terminé sa brillante carrière de la Marine au poste de commandement des Marins-pompiers à Diego-Suarez.

Souhaitons bon retour à Lyon à Paul-Aimé. Bon vent, bonne mer ! Longue vie à la retraite !

Ony RAMBELO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *