docteur Socio-eco

Réflexion : La lutte contre l’illettrisme


160 000 enfants quittent chaque année le CP sans maîtriser la lecture et l’écriture. Ils perdent ainsi toute chance de réussite scolaire dès l’âge de 6-7 ans et la plupart ne s’en remettront pas.

Nous pensons à ces jeunes prêts à exploser à la première vexation, au premier « manque de respect » comme ils disent. Leurs parents et leurs maîtres n’ont pas su leur transmettre la capacité de mettre pacifiquement en mots leur pensée pour l’autre.

L’illettrisme accompagne et aggrave l’exclusion. Il rend vulnérable face à des discours intégristes.

Une langue pauvre en vocabulaire est une cause de violence.

Plus de 20 % de la population française ne possède qu’une langue réduite dans ses ambitions et dans ses moyens : 600 à 800 mots, quand il nous en faut en moyenne 5 000 à 6 000 pour accepter et comprendre nos différences.

On juge une civilisation sur la façon dont elle s’occupe des plus démunis, notamment des détenus.

« Une société se juge à l’état de ses prisons » disait Albert Camus. Il y a en France 28 prisons et 68 000 détenus.
Pour lutter contre l’illettrisme parmi les détenus de la Maison d’Arrêt de Varces près de Grenoble, nous avons fourni un  dictionnaire Larousse de poche 2014 à chaque détenu.

En 2016 avec le Dr Joël Bessière, nous avons porté un dictionnaire Larousse de poche 2016 aux détenus du centre de détention de Saint-Quentin-Fallavier.

Le dictionnaire est un véritable outil de travail pour les détenus.

En 2018, nous avons envoyé à Madagascar 1150 dictionnaires Larousse de poche 2018. Nous les avons distribués aux enseignants et dans les prisons. Cette action répond à un besoin et à une demande.

Nous avons le devoir de contribuer au combat contre l’illettrisme et l’analphabétisme dans toute la « francophonie du Sud ».

Analphabète rime avec non francophone.

Au Sénégal, berceau de la francophonie africaine, il y a au moins 65 % d’analphabètes.

Au Maroc, plus de 50 % de la population est analphabète et donc une maîtrise quasi nulle de la langue française.

« Il nous faut refuser que la langue française, que nous avons jadis imposée dans ces pays, devienne aujourd’hui complice de l’inégalité sociale et de l’échec scolaire ».

Je pense que la télévision qui est une grande anesthésiste, n’aide pas à lutter contre l’illettrisme.

La télévision disqualifie le désir de « l’in-connu ».

Année après année, elle brise le courage et l’envie intellectuelle des téléspectateurs.

« Vous ne courrez jamais le risque de ne pas comprendre, parce que justement il n’y a rien à comprendre ».

La prévisibilité de la production télévisuelle nous tire vers le degré zéro de la compréhension.

Elle éteint notre esprit critique, elle conduit les enfants et leurs parents à la paresse et à la crédulité.

Toute invitation à la lecture devient alors un impossible exploit.

La télévision qui ouvre uniquement au papotage, à l’anecdote, au contact superficiel et à l’émotion, rend réfractaire à la lecture et à l’écriture.

« La médiocrité grandissante de médias complices, la baisse progressive des exigences scolaires ont laissé s’installer une terrible inculture historique, littéraire et scientifique. Pire encore s’est généralisée une forme de méfiance envers tout ce qui ressemble de près ou de loin à une réflexion intellectuelle. Oubliés le questionnement ferme, le raisonnement rigoureux, la réfutation exigeante ; toutes activités tenues aujourd’hui pour ringardes et terriblement ennuyeuses, remplacées par le plaisir immédiat, l’imprécision et la passivité ».

Le contraire de ce que conseille Jacqueline de Romilly, cette grande dame :

« Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l’autre, c’est être capable de dialoguer ; c’est le seul moyen d’endiguer la violence qui monte en nous. La parole est le rempart contre la bestialité. »

Maurice Collin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *