PROJET CAP-MADAGASCAR 1 Socio-eco

PROJET CAP-MADAGASCAR : Pour consolider et accélérer les acquis de la paix à Madagascar durant la crise du COVID-19


L’OIM (Organisation internationale pour les migrations) en coordination avec le Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale (SEG) et avec le concours de l’Agence Novo-Comm a développé une campagne de sensibilisation et d’éducation qui sera déployée par les éléments de la Gendarmerie Nationale à travers le pays sur les mesures de restriction mises en place dans le contexte de la COVID-19.  PROJET CAP-MADAGASCAR 2Il s’agit du projet « CAP-MADAGASCAR », (Consolider et accélérer les acquis de la paix à Madagascar durant la crise du COVID-19) mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’OIM, et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), et financé par le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (PBF). Ce projet innovant  aborde l’enjeu des incidences en matière sécuritaire, de gouvernance, et de protection des droits des personnes les plus vulnérables, liées à la crise sanitaire. Le lancement officiel de cette campagne avec la remise des supports de communication s’est déroulé le 16 septembre 2021 au camp Général Philibert Ramarolahy, à Betongolo, en présence du Secrétaire d’Etat Chargé de la Gendarmerie Nationale, du Commandant de la Gendarmerie Nationale, des représentants de l’OIM et du PBF, ainsi que des représentants des autres agences des Nations-Unies et partenaires gouvernementaux du projet CAP-MADAGASCAR.

Contexte
Depuis que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré le COVID-19 comme pandémie
mondiale le 11 mars 2020, plus de 195 millions de cas du virus ont été confirmés, causant plus de 4,2
millions de décès dans le monde. Au-delà de son immense bilan humain, le virus a également
déclenché une crise économique et sociale sans précédent, qui touche particulièrement les pays en
voie de développement. Madagascar est également touché par la pandémie. Les mesures légitimes prises par les autorités gouvernementales pour contenir le virus et sauver des vies – notamment les restrictions de mobilités depuis ou vers certaines régions – ont eu cependant un impact certain sur l’économie du pays ; et sur la vie quotidienne d’une frange importante de la population qui dépend de cette mobilité. La difficulté de maitriser la pandémie laisse entrevoir un scenario imprévisible et rapidement évolutif pouvant renforcer un climat de frustrations et de tensions. Dans ce contexte, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), mettent en œuvre le projet « CAPMADAGASCAR ».

Recueillis par Ra-Nirina


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *