bary njaka politique

Lutte contre la corruption et l’impunité: La grande chasse… aux sorcières ?


Lors du dernier Conseil des ministres, concernant la lutte contre la corruption et l’impunité, le président Rajoelina a ordonné la « tolérance zéro » et l’« exemplarité des sanctions». Des mesures que d’aucuns ne manqueront pas d’applaudir au vu de la gabegie, de l’impunité qui ont régné jusqu’ici depuis la Transition mais…

Des questionnements se posent car, pour le moment, ce sont les affaires et les dossiers concernant les hauts fonctionnaires, les caciques et / ou les opérateurs  du précédent régime  qui défrayent les chroniques juridico-politiques  pour ne  citer que les détentions provisoires d’ « Eddy Bois de rose », de Mbola Rajaonah à Tsiafahy, du transfert de Claudine Razaimamonjy à Antanimora, de la condamnation de Hugues Ratsiferana  à Antanimora, de la descente infructueuse  au domicile de l’ex ministre  des Mines, Rabary Njaka par le Bianco. D’autres seraient encore dans le collimateur du Bianco et du Pôle Anti-Corruption, selon les informations.

Il n’y a rien à dire, dans l’intérêt supérieur de la Nation, il faut que la corruption cesse et que tous les coupables soient punis ! Toutefois, il ne faut pas qu’il y ait deux poids deux mesures car, comme il est souligné ci-dessus, du temps de la Transition, la corruption et népotisme ont été plus que florissants et que beaucoup d’ombres planent toujours sur la gestion étatique en ces temps-là. Et l’on se souvient qu’à la fin de son gouvernement de ladite Transition, le dernier Premier ministre aurait transmis à qui de droit, certains dossiers concernant les trafiquants de bois de rose. Affaires classées ou …?

 Concernant l’impunité, n’oublions pas qu’elle rime toujours avec l’immunité, mais les « gros bonnets » et autres « dahalo en col blanc » en jouissent encore parce qu’ils sont des ministres, des parlementaires, des juges ou sous la protection de ces derniers. Or, pour les poursuivre, de longues procédures s’imposent et certains dossiers « se perdraient » en route. Quid du projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites ?

Corruption, impunité, il faut que la lutte contre ces fléaux soit générale, sans exclusive sinon elle serait prise comme une véritable chasse aux sorcières !

RaJean


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *