Delire Fitore Daka 4 Interview...Anterivava

FITORE DAKA : Une Suissesse-Kosovar volontaire


Délire Madagascar (DM) : Fitore Daka, présente-toi aux lecteurs de Délire Madagascar !

Fitore Daka (FD) : « Fitore Daka comme tu viens de le dire. Je viens de Suisse. Certains se diront en Suisse on a rarement entendu un prénom comme Fitoré. En effet, je suis en Suisse depuis que j’ai l’âge de six mois, mais mes origines sont du Kosovo, un pays albanophone. Je suis bilingue, français-albanais. J’ai fait une formation en tant que psychologue sociale. On s’intéresse au comportement humain dans une société en interaction avec les autres, et avec son environnement. Je suis titrée psychologue. Mais ma spécialisation est en psychologie sociale.

DM : Qu’es-tu venue faire à Madagascar ?

FD : En fait, c’est pour participer à un projet pour l’association CADRI, le Centre d’accueil au développement rural intégré, dans la commune d’Anosiala, précisément à Ambohinaorina. En fait, je suis venue faire du bénévolat, dans l’idée d’aider la vice-présidente pour un projet plus ou moins précis. Elle voulait ouvrir un centre d’accueil mari-enfant. C’était dans l’idée d’améliorer les conditions de vie des enfants et celle des parents qui les accompagnent. Je parle des femmes car malheureusement il n’y a que des femmes qui viennent à ce centre pour permettre à leurs enfants d’avoir une soupe qu’on distribue et qui est enrichissante, vraiment nutritive, deux fois par semaine. Et moi je m’occupais à connaitre un petit peu les conditions de vie actuelle de ces femmes. J’allais chez elles. Je les interviewais sur plusieurs dimensions, tant des données sociodémographiques que des données psycho-sociales, que des données sur leurs revenus, leurs productions de culture et d’élevage.

DM : As-tu vécu les heures difficiles de Kosovo ?

FD : Heureusement pas ! Je suis arrivée justement en Suisse en 89, car je suis née en 88. Donc 10 ans avant la guerre ; même s’il y avait déjà des conflits politiques, des conflits physiques entre les Serbes et les Kosovars, je ne les ai pas vécues. Par contre, j’ai vécu la souffrance de mes proches vivre là-bas, mes grand parents, mes tantes et oncles, mes cousins et cousines. C’était aussi difficile d’avoir leur histoire personnelle puis pendant un temps, on n’avait pas eu la nouvelle de ma grand’mère maternelle par exemple. On a eu la chance de l’avoir en photo dans un journal paru en Suisse, et c’est comme çà qu’on a su qu’elle allait bien et qu’elle était toujours vivante.

DM : Ayant bu les eaux de Mandroseza et de Morondava, es-tu disposée à revenir ?

FD : Je crois bien oui ! Je crois que mes pieds auront envie de redécouvrir les terres malgaches !

Recueillis par Razaka Oliva

                                                     Delire Fitore Daka 1

                                            Fitore Daka, une Kosovar naturalisée Suisse

 

Delire Fitore Daka 2                              Delire Fitore Daka 3

Cueillette de letchis à Anosy Avaratra Tana-Avaradrano et un peu de tourisme culturel et urbain en Haute-Ville

Delire Fitore Daka 4

Enchantée d’avoir rencontré Honorat Fou hehy au parc zoologique de Tsimbazaza

 

 

   


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *