edito Edito

Dommages collatéraux


 « Dommages collatéraux » : cet « euphémisme désignant des victimes civiles ou alliées aussi bien que des dégâts matériels lors d’opérations de guerre », selon Wikipédia, s’applique dans le contexte politique actuel et dans un passé récent voire lointain. Les dommages collatéraux de la crise politique de 2009 ne sont pas encore définitivement résorbés. Les milliers d’emplois, directs ou indirects, perdus ainsi que les dégâts matériels causés par les évènements de 2009 (dont notamment le « lundi noir » du 26 janvier 2009) n’ont jamais été indemnisés ou repertoriés. Et voilà que d’autres dommages collatéraux s’ajoutent à la liste à travers cette histoire de bras de fer entre le pouvoir et la « Société triple A ». La mésaventure des vaches laitières victimes du scellage (près d’une trentaine de scellage au total) de l’usine d’Andranomanelatra a fait jaser l’opinion publique et politico- diplomatique. Il y a quelques jours, les dirigeants de la société AAA ont annoncé la mise en chômage technique de 702 des 850 employés de la société. Il s’agit d’un chômage partiel de six mois à la suite d’un arrêté interministériel suspendant les activités de ladite société pour non-conformité de son permis.

En effet, une « guerre » secoue actuellement le microcosme politique malgache à l’approche de l’élection présidentielle de 2018. Les observateurs associent souvent des dessous politiques visant à « affaiblir » les adversaires potentiels à ces mesures prises par les tenants du pouvoir contre cette société appartenant à l’ancien Chef de l’Etat.  En tout cas, cette « guerre » ne cesse de faire d’« innocentes » victimes et sanctionne l’initiative privée locale tandis qu’elle favorise les sociétés aux capitaux étrangers qui règnent en maître sur le territoire national.

Ndrasana


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *