gsdm 4 Web doc

CHANGEMENT CLIMATIQUE: Opportunité pour les pays africains, cas Madagascar


Les pays Africains, un espoir pour les pays développés face à la lutte contre le changement climatique. La croissance économique des pays développés dépend de l’industrie. Outre que les moyens de transport, les déchets solides et liquides, l’industrie émettent des gaz à effet de serre qui sont l’origine de la pollution environnementale. Effectivement, la pollution est la principale source du changement climatique.

Pollution

Ambatovy 3

Usine production Nickel et Cobalt à Toamasina Madagascar

La pollution est le résultat des activités humaines. De nos jours, les principales causes de pollution de l’environnement proviennent en premier lieu de la production et de l’utilisation des diverses sources d’énergie, puis des activités industrielles et, de façon paradoxale mais néanmoins importante, de l’agriculture. Les substances fossiles (pétrole, charbon) brulés pour produire de l’énergie augmentent le taux de dioxyde de carbone (CO2) et autres gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. « Ces GES sont la source de la pollution ». Il existe différents types de pollutions à savoir la pollution de l’air ou pollution atmosphérique, la pollution de l’eau…

Le gouvernement Malagasy a adopté un décret sur la journée verte, sans circulation dans le but de réduire l’émission de GES. Le décret n° 2017- 1084 stipule que le troisième dimanche du mois d’octobre est décrété journée verte sans circulation de véhicule à moteur dans le territoire de la République de Madagascar, d’une manière volontaire.

« Le but de cette journée est de transmettre un réflexe écologique en laissant la ville respirer, surtout que Madagascar a signé la convention de Paris qui l’engage a diminué de 14% l’émission de gaz carbonique et de 32% l’émission de gaz à effet de serre », affirme le Ministre de l’environnement, de l’Ecologie et des Forêts, Johanita Ndahimanajara lors de la conférence de presse pour le lancement du Marathon International et la journée verte, le 22 novembre 2017. De plus, les déchets (sachet plastique, bouteille en plastique…) émettent également des GES. Dans le but de supprimer ou réduire les risques engendrés par les déchets, la production, de l’importation, de la commercialisation, de la constitution de stocks et de l’utilisation des sachets et des sacs en plastique sur le territoire national est interdite par le décret n° 2017-010.


Santé

« La pollution atmosphérique est dangereux pour la santé », le docteur et la présidente de l’association des pneumologues Malgaches (Pnuemalga), Julia Ratomaharo. Les gaz toxique notamment le monoxyde de carbone, oxyde d’azote rejeté par les échappements de véhicules provoque de la pollution atmosphérique.

Embouteillage en plein ville d'Antananarivo, Analakely

Embouteillage en plein ville d’Antananarivo, Analakely

Antananarivo, capitale de Madagascar, pays Africains est encombré par des voitures. D’après la troisième communication nationale (TCN) de Madagascar à la convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique, les nouvelles immatriculations ont été de 11527 véhicules en 2005 dont 64,7% utilise le gasoil (diesel). L’estimation en 2025 serait de 65560 véhicules dont 70 % roulent dans la Capitale. « Le produit chimique de l’industrie, les véhicules, le produit naturel comme le volcan entraine de la maladie respiratoire aigüe, exacerbation de crise d’asthme et fragilise davantage les gens vis-à-vis des infections, maladie chronique », a martelé Dr Julia Ratomaharo. De surcroit, trois millions d’êtres humains meurent chaque année à cause de la pollution de l’air, soit 5 % des décès annuels mondiaux, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Changement climatique

Nivohary Ramaroson, directeur du bureau national de coordination du changement climatique (BNCCC) à Madagascar

Nivohary Ramaroson, directeur du bureau national de coordination du changement climatique (BNCCC) à Madagascar

« La pollution, source du changement climatique », a expliqué le directeur du bureau national de coordination du changement climatique (BNCCC) à Madagascar, Nivohary Ramaroson. Les gaz à effet de serre (GES) sont terriblement nuisibles, non seulement ils polluent notre planète, mais ils contribuent aussi au réchauffement planétaire et entrainent le changement climatique. Les gaz à effet de serre analysés par le Citepa sont les GES anthropiques désignés par le protocole de Kyoto tels que le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d’azote, l’hexafluorure de soufre, les hydrofluorocarbures (HFC), les perfuolorocarbures (PFC). Certains polluants de l’air détruisent donc la couche d’ozone, ouvrant la porte aux rayons ultraviolets nocifs. Les gaz à effet de serre (GES) existent naturellement dans l’atmosphère et jouent un rôle important dans l’établissement d’une température d’équilibre permettant aux hommes de vivre sur terre. Mais les activités humaines (industrie, transports, urbanisation, production et distribution de l’énergie, etc.) ont modifié leur concentration dans l’atmosphère contribuant ainsi au réchauffement de la planète et le changement climatique.

Communication nationale

inondation due par le cyclone ENAWO, 9 Mars 2017, village Ampitatafika, Antananarivo Madagascar

Inondation due par le cyclone ENAWO, 9 Mars 2017, village Ampitatafika, Antananarivo Madagascar

Le changement climatique, un aspect de la dégradation de l’environnement, est une réalité à Madagascar. Ses effets néfastes sont déjà ressentis aussi bien au niveau de la population qu’au niveau de l’ensemble des secteurs de développement. La fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes (cyclones, sécheresse, inondation), la perturbation des périodes culturales, l’érosion côtière et l’élévation du niveau de la mer, l’émergence de certaines maladies, sont autant des manifestations du changement climatique que nous vivons déjà à Madagascar.
Afin de lutter contre le changement climatique, Madagascar a ratifié la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) en 1998 et a déjà soumis trois Communications Nationales au titre de ladite convention.


« Les inventaires des émissions des gaz à effet de serre à Madagascar, l’analyse des options d’atténuation des Gaz à effet de serre, la vulnérabilité et l’Adaptation au changement climatique, ainsi que les autres informations pour atteindre l’objectif de la Convention sont les composantes de la communication nationale », mentionne Nivohary Ramaroson . La troisième Communication Nationale (TCN) a confirmé l’augmentation progressive des émissions anthropiques par source dans les cinq secteurs étudiés, à savoir : la forêt, l’agriculture, les déchets, l’énergie et les procédés industriels. Cette augmentation des émissions de GES est liée à l’utilisation des combustibles fossiles et à la destruction des patrimoines forestiers qui a eu un impact sur la capacité d’absorption du pays. Soumis en octobre 2017, le troisième inventaire de GES (IGES) couvre la totalité du territoire Malgache. Durant la période d’inventaire de 2005 à 2010, l’augmentation des émissions de GES au niveau national est très faible (2,2%). Les émissions totales des GES sont estimées à 148389 Gg Eq.CO2en 2005 et à 151672 Gg Eq.CO2 en 2010.

Inventaires émissions gaz à effet de serre (Gg Eq.CO2)  à Madagascar par secteur (2005 – 2010), source TCN

Inventaires Émissions nationales (Gg Eq.CO2) par GES (2005 – 2010), source : TCN Madagascar

Reboisement


Opportunité

Une fois par an, les représentants des 195 Etats ratifiant le CCNUCC se réunissent lors des COP ou Conférences des Parties. La COP24 se déroulera à Katowice en Pologne, le 3 au 14 décembre 2018. Les négociations climatiques sur adaptation, atténuation, renforcement de capacités, transfert de technologies, financement, transparence… sont au cœur du programme des COP. Le Fonds vert pour le climat (FVC) a été créé en 2010 par les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il a pour mission de contribuer de manière significative et ambitieuse aux efforts mondiaux entrepris pour atteindre les objectifs fixés par la communauté internationale afin de lutter contre le changement climatique. Il aide les pays en développement à limiter ou à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à s’adapter au changement climatique, tout en prenant en considération les besoins de ces pays particulièrement vulnérables aux effets néfastes de ce phénomène. Madagascar procède à l’accélération de l’accès du pays au FVC afin de promouvoir le développement à faible émission de carbone et la réduction de la vulnérabilité. En parallèle, L’Etat Malagasy à travers le ministère de l’environnement, de l’écologie et des forets en collaboration avec des entités internationales et locales ont pris des mesures d’atténuations des GES et d’adaptations pour faire face aux effets de changement climatique. Prenons par exemple, la campagne de reboisement parce que les plantes absorbent les gaz carboniques.


Directeur Executif du GSDM, professionnel en agroécologie, Rakotondramanana

Directeur Executif du GSDM, professionnel en agroécologie, Rakotondramanana

La pratique de l’agro-écologie fait partie de la technique d’adaptations face aux effets du changement climatique notamment l’irrégularité des pluies, la dégradation du sol. L’agro-écologie permet de régénérer la fertilité du sol à travers l’utilisation des plantes de couvertures, le reboisement de l’arbre fruitier… « Cette technique consiste à promouvoir l’agriculture durable et à protéger l’environnement face au changement climatique », selon le Directeur exécutif du GSDM, professionnel en agro-écologie, Rakotondramanana. L’avenir des futures générations dépend de nos actions présentes. Ainsi, le développement durable est important.

Lynda A.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *